Les prédictions et prophéties du I CHING / YI KING / YI JING


C’est l’oracle le plus remarquable et le plus durable de l’histoire.

Son origine est enveloppée de mystère .Selon la tradition chinoise chinoise, l’empereur FOU CHI aurait inventé le I CHING (prononcez ‘i ching’) en 2800 avant Jésus-Christ, 1 siècle avant la construction des pyramides d’Égypte.

En occident, la traduction écrite précise est YI JING mais nous pouvons aussi retrouver les déclinaisons I CHING, YI KING ou ICHING

 

Comment utiliser le I CHING pour faire des prédictions sur l’avenir ?

Le YI JINK est habituellement consulté à des fins personnelles (relations amoureuses, la carrière,  les voyages, …) pour prédire l’avenir : on pose une question avant de lancer trois pièces de monnaie.

  • S’il y a deux piles, on trace un trait continu.
  • Si il y a de face on,  dessine un  trait discontinu.

On répète l’opération à 6 reprises jusqu’à ce qu’on obtienne 6 traits continus ou discontinus.
La figure ainsi obtenue porte le nom d’hexagrammes.

Il y a 64 combinaisons possibles et une brève prédiction est rattachée à chacun de ces examens.
On cherche notre hexagramme dans un index afin de savoir ce que l’avenir nous réserve.
Le plus remarquable avec le YI JING c’est que la réponse est toujours étonnement appropriée a la question que l’on a posée.

Malgré ses détracteurs, l’ouvrage vieux de 5000 ans est encore un succès en librairie autant chez le diseur de bonnes aventures que chez les psychothérapeutes, ou chez certains financiers de Shanghai

 

Le chercheur Terence Mckenna prédit la fin du monde en utilisant le  I CHING

Mais depuis les dernières décennies le YI JING est devenu un oracle funeste avec les travaux du controversé chercheur Terence Mckenna.

C’est un scientifique qui a réalisé des courbes mathématiques avec le YI JING pour en dresser une sorte de carte du temps.
Avant sa mort en 2000, Mckenna a tiré une conclusion méconnue à partir de 64 hexagrammes du YI JING.

Les six lignes les 64 combinaisons possibles peuvent être représentées sous forme de variations dans chaque hexagrammes et transposer sur un graphique.
En le comparant ensuite à une frise chronologique, il a découvert d’étranges relations entre le ICHING et 4000 ans d’histoire.

Les 64 hexagrammes se répètent 64 fois au cours de l’histoire selon cette théorie, les pics et les creux auraient prédit avec exactitude la chute de l’empire romain, la découverte du Nouveau Monde, et les deux guerres mondiales du XXe siècle.

Et plus mystérieusement encore, le graphique de Mckenna prend fin abruptement à une date précise : le 21 décembre 2012.

Ce n’est que plus tard que Mckenna a découvert que le calendrier Maya s’arrêtait lui aussi fin 2012.
Il était persuadé que cette date avait quelque chose de prophétique.

Simples coïncidences?

 

Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *